Commerces fermés : quelles aides pour mettre en place le click and collect ?

Contrairement au 1er confinement le reconfinement imposé depuis le 30 octobre laisse plus de marge de manœuvre aux commerçants et artisans soumis à fermeture administrative. Le décret du 29 octobre vous autorise ainsi à maintenir une activité via la livraison et le retrait de commandes. Mais proposer le « click and collect » est-il réservé aux boutiques dotées d’un site marchand ? Comment faire sans ? Alors, commandes téléphoniques ? livraisons ? retraits sur place ?  Comment faire ? Et quelles sont les aides disponibles pour vous adapter au plus vite ?

 

Un appel à projet pour soutenir les commerçants contraints de fermer boutique

Pour soutenir les commerçants pendant ce nouveau confinement le Ministère de l’Economie vient de publier dans le cadre d’un appel à projet une liste de solutions (gratuites ou à des tarifs préférentiels) pour vous aider à adopter le click and collect et plus largement à profiter des outils numériques pour maintenir votre activité professionnelle.

Mais cela signifie-t-il qu’il va falloir mettre en place un site e-commerce ?

BON A SAVOIR : les ventes en ligne « Click and collect » ne se seront pas prises en compte pour le calcul de l’aide de 10 000 € du fonds de solidarité
Pour rappel, si votre entreprise est soumise à fermeture administrative, vous pouvez bénéficier d’une aide au titre du fonds de solidarité. Si vous pouvez mettre en œuvre un dispositif de maintien des ventes à distance, les ventes réalisées dans ce cadre, ne seront pas prises en compte pour le calcul de l’aide du fonds de solidarité (cf. Décret n° 2020-1328 du 2 novembre 2020 relatif au fonds de solidarité). Vos actions de type click and collect ne pourront donc pas vous priver du bénéfice de l’aide.

 

Vente en ligne ? Vente par téléphone ? Click and collect ? Quelles sont les possibilités autorisées pour les commerçants obligés à fermer boutique ?

 

Lorsque l’on pense au click and collect, on imagine immédiatement la création d’un site e-commerce. Et bien entendu, ce n’est pas la solution la plus immédiate possible.

Mais sachez que la vente à distance est tout à fait possible en enregistrant tout simplement les commandes par téléphone ou via les pages de vos réseaux sociaux.

Il vous suffit ensuite, pour les retraits de commandes et paiement sur place, de vous assurer du bon respect des mesures sanitaires imposées (distanciation, gestes barrière, mise à disposition de gel hydroalcoolique…*). Pour rappel, « l’entrée » dans le magasin reste interdite, il va falloir faire preuve d’un peu d’imagination…

A titre d’exemple à Nantes, la librairie Coiffard a tout simplement improvisé un comptoir de retrait sur ses deux pas de porte en disposant une table à chaque entrée.

 

Comment enregistrer des paiements à distance, sans site e-commerce ?

 

Si vous préférez imposer un paiement à la commande ou bien si vous comptez proposer la livraison de vos produits, vous aller devoir adopter une solution de paiement alternative.

Sachez qu’il est possible :

  • De vous faire payer par téléphone, via la VAD (vente à distance) : via un contrat avec votre banque, vous disposez d’un terminal de paiement virtuel où vous tapez vous-même les données de la carte de votre client. Celui-ci reçoit ensuite un SMS ou e-mail de confirmation.
  • D’enregistrer des paiements via Paypal, même sans site Internet.
  • Plus simple encore, des applications vous permettent d’envoyer une demande de paiement avec un simple lien, par e-mail ou par SMS (très utiles également si vous ne pouvez pas utiliser votre terminal de paiement habituel pour les retraits sur place). Quelques exemples d’application : Lydia Pro, Paylib, SumUp

 

Voir également sur ce sujet le dossier proposé par France Num : Click and collect : commerçants mettez en place le retrait de commandes.

France Num a également dressé la liste des solutions de paiement, logistique et livraison numériques et des outils de création de sites e-commerce avec offres préférentielles.

Mais quelles que soient les solutions adoptées, pour faciliter ce maintien de l’activité à distance, il vous faut ensuite faire connaître les possibilités offertes à vos clients, habitués ou non !

Tous les leviers sont bons pour faire connaître votre click and collect

A minima commencez par afficher sur votre boutique le maintien des ventes avec les coordonnées pour vous joindre.Même si les déplacements sont limités, cela reste la solution la plus évidente pour informer la clientèle du maintien de l’activité malgré la fermeture des portes…

Faites inscrire votre boutique sur les places de marché où proposer vos articles : Solocal (accès sans frais à sa solution de click and collect pour les commerçants,  Cdiscount, Rakuten, Epycerie pour l’alimentaire, Sessile pour les fleurs…

Ou bien sur les sites référençant les commerçants : Ma ville mon shopping, Achatville.com

Si ce n’est déjà fait, inscrivez votre commerce sur Google my business et les Pages jaunes.

Informez vos clients via SMS ou e-mail quand vous avez leurs coordonnées (et pourquoi pas mettre en place une newsletter régulière pour maintenir le lien ?).

LinkedIn, Facebook, Instagram… Utilisez (et abusez) des réseaux sociaux pour relayer vos informations. Ces pages vous permettent de rester connecté à vos clients et de leur communiquer vos horaires, vos offres, les nouveautés produits, etc.

Mettre en place le click and collect

Par exemple, parmi les clients Amarris Contact, le restaurant Les Vignes à Montpellier met à profit sa page Facebook pour maintenir son activité avec des plats à emporter ou livrés. Tous les jours son chef Thierry indique les plats à la carte et disponibles à la commande.

Enfin ne négligez pas le bouche-à-oreille. Le 1er épisode de confinement a démontré la volonté des Français à soutenir autant que possible leurs commerces locaux.

 

D’ailleurs, n’hésitez pas à en glisser un mot à votre comptable, nous relayerons sur nos réseaux sociaux avec plaisir !

 

 

* Pour rappel, le protocole sanitaire pour le maintien des activités et l’accueil de vos salariés a été actualisé fin octobre.